Blog

Entouré d’une coque électrifiée, ce PC est totalement inviolable

05/07/2017 à 12h55

L'ORWL met ses composants sous cloche

L’ORWL met ses composants sous cloche – Design Shift

Disponible à partir du mois d’août, cet ordinateur hors du commun permet d’avoir une protection physique exceptionnelle pour ses données… à condition de mettre le prix.

Source : Gilbert KALLENBORN / 01net.com

Un dangereux malware s’attaque aux smartphones Android

Un virus bien connu refait parler de lui depuis peu. Android Marcher est de retour et s’attaque de nouveau aux informations bancaires des utilisateurs en s’infiltrant dans leur smartphone.

marcher-android-trojan-can-steal-logins-from-facebook-whatsapp-skype-gmail-507497-2

Les malwares font vraiment l’actualité ces temps-ci. Après l’attaque mondiale de Petya sur ordinateur, c’est au tour des téléphones d’être la cible de logiciels malveillants. Android Marcher est l’un de ces virus qui s’était déjà fait connaitre il y a quelques temps. Le virus s’infiltre dans les téléphones afin de dérober les informations bancaires ou de cartes de crédit de ses victimes. Et celui-ci ne manque pas d’astuce.

Actif depuis plusieurs mois, Android Marche contamine toujours plus de smartphones en utilisant de nouvelles approches pour berner les utilisateurs et infecter leurs téléphones. Pour le moment, le ransomware se fait passer pour le lecteur Adobe Flash Player, un programme indispensable pour afficher certains contenus visuels de sites internet.

unnamed-6

En naviguant sur Internet, l’internaute voit apparaître une page pop-up lui demandant de mettre à jour le programme qui est, en réalité, un malware nommé « Adobe_Flash_2016.apk » et qui s’installe sur le téléphone. Vicieux, celui-ci va aider, étape par étape, l’utilisateur à désactiver la sécurité de son smartphone et à autoriser l’installation d’applications supplémentaires.

Dans les faits, le malware installé sur l’appareil va attendre que sa victime ouvre l’une des applications ciblées pour récupérer les informations bancaires. Lorsque l’utilisateur va en ouvrir une, une fausse page d’identification va s’ouvrir lui demandant d’introduire ses identifiants. Le mal est alors fait.

Cette nouvelle vague d’Android Marcher est particulièrement « bien faite » puisqu’elle arrive à passer inaperçue face aux antivirus. Comme le renseigne son nom, les principales victimes de l’attaque sont les smartphones tournant sous Android.

Source : Jennifer Mertens / Geeko
Twitter : @JennMrtns

MacOS High Sierra, quand Apple construit le futur de nos Mac

02/07/2017 –  16h37

Nous avons essayé macOS High Sierra, quand Apple construit le futur de nos Mac

En bêta depuis quelques jours et ce jusqu’à l’automne, High Sierra apporte quelques nouveautés dans les applications natives les plus importantes mais refonde surtout totalement le cœur de macOS. Il esquisse ainsi le contour de Mac taillés pour le futur.

 Source : 01net.com

Les drones peuvent voir à travers les murs grâce au Wifi

Le 02 juillet 2017- 16h02

Deux chercheurs californiens ont mis au point un dispositif permettant à deux drones de voir l’intérieur d’un bâtiment en 3D en y faisant transiter un signal Wi-fi.

Deux drones utilisent le Wifi pour cartographier en 3D une pièce depuis l'extérieur

Deux drones utilisent le Wifi pour cartographier en 3D une pièce depuis l’extérieur.

©UNIVERSITY OF CALIFORNIA

Voir à travers les murs et dresser une cartographie de la pièce qui se trouve derrière avec une précision décimétrique. C’est ce qu’est parvenu à faire un duo de chercheurs de l’université de Santa Barbara en Californie, en utilisant deux drones. En théorie, le système est assez simple. Une machine pourvue d’un émetteur d’ondes wifi via une antenne directionnelle est positionnée à l’extérieur d’un bâtiment. De l’autre côté, un autre drone est pourvu, lui, d’une antenne réceptrice capable de capter et de mesurer l’intensité de ce signal émis. Les ondes radio émises par la première machine vont pour partie traverser les obstacles (murs, meubles, conduits d’aération, personnes à l’intérieur…) et pour partie rebondir sur elles et se diffuser. En mesurant la manière dont le signal d’origine a été modifié durant cette traversée, l’équipe a été en mesure de recréer une sorte d’empreinte de la pièce à travers laquelle elles ont transité, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous.

Naturellement, pour obtenir une cartographie précise et en trois dimensions, il est indispensable de disposer de plusieurs mesures. Et c’est là que l’utilisation de drones pour porter les émetteurs et les récepteurs wifi prennent tout leur sens. En effet les deux machines volantes peuvent balayer facilement la surface du mur de la pièce à cartographier, sans que la hauteur de la pièce ne soit une contrainte. Les chercheurs proposent même une trajectoire idéale pour ce balayage de la surface de manière à obtenir la meilleure cartographie possible en un minimum de temps. Et le procédé a l’air de bien fonctionner si l’on en croit les images extraites de l’article décrivant ces travaux. Mais surtout, le fait d’évoluer dans plusieurs dimensions permet aux machines de recréer une carte en trois dimensions.

 

Sur cette image : à gauche la structure physique que les drones doivent deviner en « regardant » à travers les murs. Au centre, une modélisation informatique exacte de la zone. À droite, une modélisation des lieux à l’issue de l’analyse des signaux wifi émis par les drones.

La publication précise toutefois que seuls les objets immobiles peuvent-être correctement cartographiés. Ces travaux s’inscrivent dans la continuité d’une première étape au cours de laquelle l’équipe était parvenue en 2014 à dresser une cartographie, en deux dimensions cette fois, en plaçant les émetteurs sur des robots roulants, rappelle l’université.

Mais ces travaux ne sont pas non plus les premiers du genre. En 2011 déjà était présentée sur le salon Milipol une caméra capable de voir à travers différents types de matériaux (tissus, plastiques, bois ou cloisons de plâtre) en détectant et en analysant les ondes naturellement émises par le corps.

 

BOX ANTIVIRUS : LA SOLUTION DE SÉCURITÉ ULTIME ?

07 juin 2017 – 10h32

Box antivirus : la solution de sécurité ultime ?

LA BOX ANTIVIRUS, QU’EST-CE QUE C’EST ?

Voilà un nouvel appareil qui pourrait bien apparaitre dans nos salons d’ici quelques mois. La box antivirus est une solution de sécurité Internet qui intègre dans un seul et même boitier des logiciels de sécurité pour protéger tous les appareils connectés d’une même famille, du cloud et du hardware. Une sorte de cyber-antivol capable de bloquer et d’éradiquer un virus d’un PC, d’une caméra, d’un thermostat Wi-Fi ou encore de bloquer une tentative de phishing sur un smartphone. Plus fort que ça, la box antivirus sécurise les appareils dans une même maison mais également à l’extérieur de celle-ci, y compris lorsque vous vous connectez à un Wi-Fi public.

internet

La box antivirus est en cela un boitier autonome qui se branche sur la box Internet. Pas besoin de mise à jour, la machine s’en occupe seule. Par ailleurs, plus besoin d’aucune autre solution de sécurité puisque l’abonnement intègre une suite de sécurité permettant de bénéficier d’une protection locale. L’utilisateur garde, quant à lui, le contrôle de l’ensemble de son réseau de manière détaillée. Autrement dit, grâce à ce boitier il peut localiser les appareils perdus, identifier les défaillances du système ou encore configurer l’ensemble de ses appareils en un clin d’œil !

BITDEFENDER, VIRUSKEEPER ET KASPERSKY DÉJÀ SUR LE COUP !

Bitdefender vient de lancer récemment sa Bitdefender Box en Europe. Un moyen d’innover et de conserver sa place de leader sur le marché de la sécurité informatique. Une légère avance sur ses concurrents donc, qui ne laissent pas leur part aux chiens. En effet, la société AxBx a déjà annoncé dans quelques semaines la sortie de son Av-box qui comprendra selon les dires de son dirigeant, Grégory Snauwaert, une licence de VirusKeeper. Kaspersky, lui, serait en préparation de la sienne.

bitdefender_box

Mais qui dit mutation du marché de la sécurité dit bien évidemment nouvelle guerre des prix. En cela, VirusKeeper a décidé d’être très concurrentiel dès le début en proposant son AV-box à 9,90€/mois pour la version Classic et 15,90€ pour la version Ultimate. Des prix qui ont de quoi inquiéter le leader roumain qui propose actuellement sa Bitdefender Box à 129,99€ au lieu de 166,66€ pour un an de service. Bien évidemment ce prix devra s’ajouter à celui de votre abonnement Internet qui tourne pour la majorité autour des 30€ par mois. Un sacré coût donc qui pourrait bien freiner l’engouement utilisateurs qui ne sont pas forcément prêt à dépenser autant d’argent pour assurer leur sécurité. Et puis, à en croire certains fournisseurs d’accès, il se pourrait bien que les boxs Internet soient prochainement dématérialisées alors mieux vaut peut-être attendre avant de se lancer.

Source : http://www.logitheque.com – 

Nos ordinateurs ont-ils la mémoire courte ?

03 juin 2017 – 10h18

https://tinyurl.com/mjfmqnx

Sombre menace sur le numérique : nos supports sont fragiles, nos données informatiques en danger. Ce documentaire explore les alternatives pour éviter à notre époque de perdre la mémoire.

De récentes recherches ont démontré que les CD et autres disques durs s’avéraient largement moins fiables pour la sauvegarde des informations que la pierre (dont la durée de vie est estimée à dix mille ans), les parchemins (mille ans) ou la pellicule (cent ans). Plus fragile et instable, le matériel informatique fait courir à terme un danger pour nos données les plus essentielles. Par exemple, comment s’assurer que la localisation des déchets nucléaires sera toujours bien connue dans cinq cents ans ? En faisant le pari du tout-numérique, notre société s’est-elle trompée ? Le stockage infini de nos données et la sécurité de leur conservation, préceptes de base de notre croyance technologique, ont été surévalués par les fabricants. Aussi paradoxal que cela paraisse, notre monde numérique doit apprendre à créer de la mémoire.

La nouvelle vie de l’ADN

Plongeant avec la rigueur d’une investigation scientifique au cœur des systèmes informatiques (de la fabrication des CD à la multiplication des data centers à travers le monde), ce documentaire envoie un signal d’alerte et prend acte d’un changement de logique sociétale : il faut trouver de nouveaux supports. Le film recense certaines des plus singulières recherches des laboratoires : le quartz mais aussi… l’ADN sont pressentis. Faudra-t-il repasser au papier, qui somme toute a traversé les âges ? Une enquête salutaire sur des enjeux très contemporains.

Source : Arte

Chit : Le premier disque dur chimique est arrivé !

 26 mai 2017 – 00h54

Dans un monde riche en données et où les vitesses de traitement se font de plus rapides, une nouvelle unité de stockage vient de rejoindre la famille de bits, trits et qubits : le Chit, considéré comme le tout premier disque dur chimique.

Dans l’informatique classique, l’information est stockée en bits ou en chiffre binaire, l’unité de base de l’information numérique. Dans l’informatique quantique, l’information est stockée dans des bits quantiques ou qubits. Des expériences récentes menées par des chercheurs de l’Institut de chimie physique de l’Académie polonaise des sciences de Varsovie prouvent que la chimie pourrait également permettre le stockage de données. Ce bit chimique (ou « chit ») se représente par un arrangement simple de trois gouttelettes en contact entre lesquelles des réactions oscillantes se produisent de façon constante de manière cyclique et strictement définie.

Cette mémoire est enracinée dans la réaction de Belousov-Zhabotinsky (BZ) qui réagit de manière oscillante. Chaque réaction crée les réactifs nécessaires à la prochaine réaction et ce processus continue à l’infini. Ces réactions sont aidées par un catalyseur, la ferroïne, qui provoque un changement de couleur. Les chercheurs ont introduit un second catalyseur, le ruthénium, qui rend la réaction sensible à la lumière. C’est cette caractéristique photosensible qui permet d’arrêter les réactions oscillatoires lorsqu’une lumière bleue est appliquée, permettant aux chercheurs de contrôler le processus.

Ainsi, selon les scientifiques qui publient leurs résultats dans la revue Physical Chemistry Chemical Physics, la chimie serait donc une base appropriée pour mémoriser des informations. Au lieu des bits traditionnels, les composants sont donc tous chimiques ici. Alors que l’informatique quantique continue de progresser, ce nouveau type d’informatique pourrait créer un tout nouveau moyen de stocker, lire et transférer des informations. Rappelons que tout, de la technologie des smartphones aux fichiers numériques classés, dépend de notre capacité à stocker et à lire des informations.

http://sciencepost.fr